Capricorne, potentiel de l’Âme

Capricorne, potentiel de l'âme

Le signe du Capricorne marque la possibilité d’un changement de paradigme dont le mouvement se complètera en Verseau et Poissons. Jusqu’à présent, le travail sur les formes prévalait. Voici l’occasion, en ce début d’année, de se focaliser sur de nouvelles énergies. 

De la Terre…

Le Capricorne représente l’animal capable de fouler les plus hauts sommets. Il symbolise la domination et la maitrise nécessaire pour gravir ces terres compliquées.  Le Capricorne représente un nouveau départ à partir du bilan de l’année écoulée. Il est à l’image du chamois surplombant la vallée après une longue ascension.

Dans l’astrologie, le Capricorne est assimilé à l’élément Terre. Mais, paradoxalement, il se situe autant au sommet le plus lumineux que dans la vallée la plus sombre. Car gravir une montagne demande du temps, des efforts, et surtout, d’avoir vaincu ou intégré les aspects les plus retords du physique, de l’émotionnel et du mental. C’est toute la difficulté d’une ascension.

La terre est alors dominée. Cependant, ce n’est pas tant une domination effective sur le plan formel, qu’une domination dans un aspect de potentialité. Accéder au sommet permet de contempler les nombreuses vallées, comme autant de possibilités de retour.

… Au ciel

Mais avant de repartir pour une nouvelle année, il s’agit de se ressourcer, de prendre un nouveau départ, à partir de nouvelles énergie. Être au sommet de la montagne, signifie aussi être en bas du ciel, et, de ce fait, être touché par l’énergie du “royaume des cieux”.

Si le Capricorne est le terrien accompli, où la forme matérielle n’a plus de secret, il porte ainsi le secret d’une autre potentialité : celle d’une nouvelle naissance, d’un nouveau cycle, d’une nouvelle qualité de l’Âme, toujours présente, mais non encore manifestée.

Deux Portes ont une importance primordiale : celle du Cancer introduisant dans ce que nous appelons improprement la vie, et celle du Capricorne donnant sur le règne spirituel. Nous franchissons la Porte du Cancer quand nous emprisonnons la vie dans la forme, et celle du Capricorne quand, finalement, nous ne nous identifions plus au côté forme de l’existence, mais à l’esprit. (Bailey, 1990).

C’est par l’expérience, par la voie d’approche que représente la préparation des formes, que peut alors résonner une nouvelle qualité, un nouvel aspect de l’Âme.

Le travail de la syntonie

Entre terre et ciel se produit alors le travail de syntonie, c’est-à-dire le travail de concordance vibratoire.

Imaginons un poste de radio. Écouter une émission consiste à trouver la fréquence désirée, puis à se maintenir dans cette fréquence pour recevoir le flux d’ondes. Avant même de régler la station, nous faisons appel à notre imagination : nous avons une idée de la station que nous souhaitons écouter. Dans le cas contraire, c’est le risque de se laisser submerger par un flux sonore (venant souvent combler un manque, quel qu’il soit). Nous savons, la plupart du temps où trouver la station, ou du moins sur quelle plage de fréquences elle se situe. Quand nous le faisons manuellement, le flux sonore n’apparaît pas immédiatement clair : il est saturé, brouillé, coupé. C’est le  début du travail singulier de syntonisation : se mettre en concordance. Cependant, avant que le flux ne devienne audible, nous reconnaissons quelque chose de ce que nous avons imaginé : le son d’une voix, la tessiture de la station, un jingle, etc. Cette correspondance nous permet de nous orienter, puis de maintenir le flux par le bon réglage.

Il y a ici, un lien direct entre terre et ciel, entre le poste de radio, l’action sur le bouton et la réception du flux. L’agilité terrestre, permet de toucher une qualité d’âme particulière. Une qualité certes d’abord imaginée, puis par la suite, entendue, amplifiée, vivante car non plus seulement imaginée. Cette nouvelle qualité est alors riche d’un ensemble de potentiels autrement plus vaste que ce qui a été imaginé au départ.

C’est ce travail de syntonie auquel nous invite particulièrement le Capricorne. Suite à l’évolution et aux expériences vécues dans l’année écoulée, nous avons la possibilité d’écouter une autre émission, une nouvelle qualité d’âme qui ne pouvait pas encore se manifester jusqu’à présent.

La syntonie est le processus de résonance de l’âme avec les corps formels mental, imaginaire et physique. Ça résonne ensemble, corps et âmes, terre et ciel. Ça vibre ensemble pour l’avènement d’un nouveau paradigme et de nouvelles qualités.

Entre Maitrise et liberté

Cependant, lorsque ce processus énergétique est repris à titre personnel, par le Moi, elle est transformée dans des processus de maitrise de la forme. Il y a alors tendance à la fixation, au contrôle du flux énergétique par son adaptation personnelle sur les plans manifestés.

Ainsi focalisée et crispée sans cesse sur les mises en forme, la personnalité recherche paradoxalement la liberté. C’est alors la quête inassouvie de la maitrise parfaite de l’objet, du corps ou des possibilités de les modifier ou d’en changer régulièrement. Rassurons-nous, personne n’est comme ça dans notre société, n’est-ce pas ? Il y a un idéal de la liberté, la liberté totale du Moi sur la matière et sur l’environnement. La phrase clé du Capricorne du point de vue de la forme est d’ailleurs : Que l’ambition règne et que la porte soit ouverte.” (Bailey, 1990). 

La forme ne donnera cependant jamais pleinement satisfaction au Moi. Il voudra toujours mieux et toujours différents, voici son ambition. C’est là un grand tourment d’une personnalité en Capricorne. Car avec une grande maitrise, une totale liberté, tous les possibles sont actualisables. Quels sens donner alors au futur ? Quelle signification, quelle direction se donner ?

Le principe du retournement

Le principe du retournement est un grand mouvement du Capricorne, contenu dans la phrase-clé, cette fois, du point de vue de l’âme  : “Je suis perdu dans la lumière transcendante et je tourne le dos à cette lumière.”  (Bailey, 1990). Le Capricorne représente le point central du sablier. Du sable montant dans le bulbe du bas, correspond à la personnalité ambitieuse qui se construit à partir des formes et de son environnement.  Le point central marque le retournement de la focalisation. Une fois centré sur le bulbe du haut, l’âme insuffle alors son flux énergétique avec un mouvement vers le bas.

La volonté devient celle de l’âme, à laquelle la personnalité répond ou plutôt se donne et sur laquelle elle s’aligne. La maitrise de la personnalité, devient peu à peu non-maitrise, ou plutôt a-maitrise. C’est-à-dire une manière consciente de renoncer à son pouvoir de mise en forme au profit du pouvoir de l’âme. 

Ainsi, le capricorne est figure de potentiel. C’est tout d’abord le potentiel du point de vue de la forme. Celle-ci, porteuse de nouvelles expériences vécues durant l’année précédente, est alors prête pour de nouvelles expériences tant sur le plan physique, émotionnel ou mental. D’autre part, c’est aussi le potentiel de l’Âme, dans ses dimensions de puissance créatrice. Elle est puissance en tant qu’énergie potentielle, nouvelle, virtuelle, dont une part pourrait s’actualiser peu à peu dans les mois qui suivent…

 

Pour aller plus loin :

Bailey, A. A. (1990). Les travaux d’Hercule. Genève: Lucis Trust.

Brasseur, P. (2018). Capricorne, lumière dans la nuit noire. www.psychosophie.com
Photo : Geralt @ pixabay.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire